Menu:

Gaeta

Louer une villa sous le soleil de la Toscane s’est transformé en un grand commerce pour cette sinueuse région du nord de l’Italie. A tel point que la famille de l'appartement voisin pourrait provenir de Londres, Munich, Tokyo ou avoir vécu sur les collines de l'Ombrie pendant des générations.

Si vous préférez une Italie un peu plus authentique, le sud de la botte réserve d’immenses trésors, dont la plupart n’ont pas encore été découverts ou envahis par les touristes.

Parmi ces merveilles figure précisément Gaète, petite ville antique située dans le golfe de Méditerranée du même nom, en position stratégique à proximité de la ligne ferroviaire reliant Rome à Naples. À quelque 45 minutes de train des deux villes, elle est le point de départ idéal pour les excursions d’une journée. Les ruines, ruelles médiévales et vieilles églises, susceptibles d’intéresser et d’occuper les visiteurs pendant des semaines, ne manquent pas, sans subir l’affluence des touristes des villes du nord et du sud.

Les Romains de l’Antiquité connaissaient et appréciaient déjà la région pour sa beauté et l’abondance de ses poissons. Ils s’y réfugiaient pour savourer la fraîche brise marine pendant l’été, quand la chaleur de la ville devenait insupportable. Ils y bâtirent de grandes villes sur les collines et les rivages. Leurs vestiges constituent les fondations des agglomérations modernes, où les habitants de Rome viennent encore se réfugier de nos jours en période estivale.

La région est dénommée Riviera d’Ulysse, parce que les récits antiques d’Enée et d’Ulysse la désignent comme l’endroit où ces héros marins et leurs troupes trouvèrent de l’eau fraîche provenant d’une source - la source Artace - qui jaillit encore aujourd’hui sur les côtes de l’extrémité sud de la ville moderne.

À l’est de Gaète se dresse une imposante chaîne montagneuse argentée – les monts Aurunci, recouverts d’oliviers et de thym sauvage.

La cuisine de la région est légendaire. Les pêcheurs sortent en mer le matin et reviennent à temps pour le marché au poisson de 16h, afin que les clients puissent choisir entre une variété surprenante de poissons et fruits de mer frais, juste à temps pour le dîner. Pour qui n’a pas envie de cuisiner, la ville regorge de restaurants aux spécialités de poisson, de trattorias et de pizzérias sur le bord de mer ou dans les pittoresques ruelles pavées et les rues secondaires avoisinantes. Les boulangers préparent un grand choix de fougasses croustillantes, de pain de campagne et de petits-fours et la ville abrite une quantité infinie de cafés, snack bars et glaciers. Á Gaète, presque tous les magasins, les marchés et les commerces ferment de 13h à 16h30 ou 17h. Ils sont également fermés le lundi matin, mais restent généralement ouverts le soir. Les cafés ont des horaires d’ouvertures variables. Bon nombre sont ouverts de 7h du matin à minuit.

Le poisson n’est pas l'unique spécialité de la région. À quelques kilomètres au sud, on trouve des prés à buffles indiens dont le lait sert dans la production de la célèbre mozzarella de bufflonne, qui s'achète fraîche dans les épiceries. Les olives foncées et charnues de Gaète s’exportent dans le monde entier.

Les plages représentent également l’une des destinations favorites des Romains depuis plus de deux millénaires. Á proximité de Villa Accetta, la plage de Vindicio, où se dressaient des villas romaines jusqu’il y a deux siècles, est toujours entourée de demeures, propriétés d’habitants de la capitale, qui les ont construites sur des vestiges antiques. Sur les plages privées, vous pouvez louer des chaises longues et des parasols afin de profiter de la mer pendant les chaudes journées d’été.

Sur la côte, à quelques kilomètres plus au nord, se dresse Sperlonga, petit village blanc sur un promontoire à pic sur la mer. Grâce à ses routes tortueuses trop étroites pour les voitures, la ville a conservé l’aspect qui était le sien il y a des siècles, quand la côte était prise d’assaut par les Sarrasins. Chaque année, les habitants commémorent une scène représentant une attaque de la ville au cours des siècles précédents. En direction du sud, on arrive aux vestiges du palais d’été de Tibère, visibles du haut du village. En effet, c’est bien de lui qu’il s’agit : Tibère César Auguste. La grande grotte fraîche, où l’empereur recevait ses hôtes, existe encore de nos jours et les visiteurs peuvent suivre les traces de Tibère et de grands orateurs comme Cicéron. Un musée renferme des statues et des mosaïques retrouvées dans la région.

En réalité, Gaète est formée par deux villes : la vieille ville sur un promontoire entouré par les rochers, et la nouvelle ville sur le plateau à l’intérieur des terres. Remontant au premier siècle après J.C., le mausolée du général romain Lucius Munatius Plancus, une tour cylindrique en marbre rappelant Castel Sant'Angelo à Rome, surplombe la vieille ville du haut du Mont Orlando. Sur la route en lacets qui serpente vers le sommet, vous pouvez obliquer vers le lieu-dit de la Montagne Spaccata, une triple faille spectaculaire dans la roche qui, selon la légende, a été provoquée par le tremblement de terre accompagnant la crucifixion du Christ pour devenir aujourd’hui la destination de pèlerinages religieux. En poursuivant votre route, vous atteignez un escalier aux pieds d’une des failles. Cela vaut la peine de monter les marches pour admirer le spectacle de la couleur turquoise intense de l’eau contrastant avec la profonde blessure de la roche. Si vous voulez redescendre jusqu’au fond, n’oubliez pas que la remontée sera plutôt éprouvante.

En repartant en direction de Gaète, un nouveau tournant de la route vous amène à la vieille ville, dont l’histoire depuis l’époque romaine a vu flotter au vent les drapeaux de nombreux duchés et royaumes, en l’occurrence de Sicile, Naples, France, Espagne, Autriche et bien d’autres encore. La route traverse les murailles de pierre du grand château qui a abrité les Anjoux et les Aragonais et qui, par deux fois, a protégé les papes lors des émeutes de Rome. Actuellement, le château fait office de caserne militaire et a servi de prison ne renfermant qu’un seul détenu ... un fameux officier nazi jugé coupable de l'assassinat de nombreux partisans italiens pendant les dernières phases de la Seconde Guerre mondiale. Il y fut incarcéré seul jusqu’à sa mort, au début des années ’80, à l’âge de plus de 90 ans. Le château en impose avec ses grands murs en pierre. Le cœur de la ville antique se caractérise par une succession de ruelles et d'escaliers à explorer, dont certains mènent à la mer et d’autres à la cathédrale dominant le bord de mer. Une école nautique se dresse à l’extrémité du promontoire, c'est pourquoi le rivage est généralement peuplé en été d’une file ininterrompue de voiliers et de bateaux à moteur.

Via Indipendenza, une ruelle étroite, pavée de pierres volcaniques noires, longe le bord de mer. De jolies boutiques et restaurants flanquent la rue et les étals proposent les produits frais des exploitations agricoles des environs.

En ville, les églises à visiter ne manquent pas :

L’église de l’Annunziata (1320), qui renferme la Grotte d’Or, une chapelle de la Renaissance où le pape Pie IX formula ses théories sur l’infaillibilité papale. L’église de l’Annunziata fut reconstruite au début du XVIIème siècle en style baroque par Andrea Lazzari. On peut y admirer les œuvres de Luca Giordano, Sebastiano Conca et Giacinto Brandi, sans oublier le sarcophage d’Enrico Caracciolo, célèbre exemple d’art gothique. Les parois de la grotte sont décorées de 19 toiles de Giovan Filippo Criscuolo (1531) dans de splendides cadres dorés incrustés dans de petits piliers. Sur l’autel, le tableau de l’Immaculée Conception, est l’œuvre de Scipione Pulzone.

L’église de San Giovanni a Mare fut édifiée au Xème siècle à proximité de la mer. Le dallage intérieur est légèrement incliné pour permettre l’écoulement de l'eau en période de marée haute.

La cathédrale de l’Assunta et Sant’Erasmo est le fruit de plusieurs styles architecturaux amenés par les nombreux conquérants de la ville : gothique, mauresque, roman et baroque. Le campanile de la cathédrale, qui culmine à quelque 57 mètres de haut, est un testament artistique à l’enseigne du recyclage. Les deux lions en marbre à sa base et une grande partie du reste du bâtiment incorporent des fragments antiques d’architecture romaine. La cathédrale fut érigée sur une église plus ancienne, Santa Maria del Parco, et consacrée par le pape Pascal II en 1106. Elle comptait initialement une nef centrale avec six couloirs séparés par des colonnes surmontées de chapiteaux gothiques. En 1778, deux couloirs furent éliminés et les lignes gothiques masquées. Au XIIIème siècle, on ajouta des arcs mauresques sur les chapiteaux. En 1663, la crypte fut décorée en style baroque. L’intérieur renferme un étendard de la Bataille de Lépante, don du pape Pie V à Don Juan d’Autriche, qui le hissa sur son vaisseau amiral. La pièce maîtresse de l’église est le candélabre en marbre du cierge pascal, remontant au XIIIème siècle tardif : en style roman, orné de 48 bas–reliefs sur 4 rangées verticales qui racontent l’histoire de la vie de Jésus. Les tableaux de Giacinto Brandi et Giovanni Filippo Criscuolo sont nombreux. La cathédrale abrite les reliques de Saint Erasme provenant de Formia.

L’imposant temple de Saint François, bâti en 1222 par le Saint de ses propres mains selon la légende, fut en réalité édifié sur ordre de Frédéric II, en style gothique italien, et renferme des tableaux et des sculptures de nombreux artistes napolitains parmi les plus célèbres.

L’église paroissiale de Sainte Lucie, dédiée à l’origine à Sainte Marie en Pensulis, fut une chapelle royale à une certaine époque. Les parties, qui étaient à l’origine en style roman et siculo-arabe, ont été effacées pour faire place à la reconstruction en style renaissance en 1456, auquel succéda son évolution baroque en 1648.

Personnages célèbres originaires de Gaète :

Sebastiano Conca (1680-1764), artiste peintre
Giovanni Filippo Criscuolo (1500-1584), artiste peintre
le Cardinal Tommaso Caietano (également connu sous le nom de Gaetano; 1468-1534), Cardinal le Pape Gélase II (décédé en 1119)
Maria Pia della Grazia di Borbone (1849-1882), Princesse des deux Siciles
Scipione Pulzone, également connu sous le nom d’ Il Gaetano; 1550-1598), artiste peintre
Jean Cabot, découvreur du Canada
Tommaso De Vio, écrivain
Giovanni da Gaeta (1448), artiste peintre